Catégorie : Découverte

12 Oct 2018

Comment améliorer votre espace de travail sans vous ruiner

Chaque année les entreprises se plient à un concours pour savoir qui d’entre elle sera la préférée des Français, des Américains, des Chiliens ou même du monde entier !

Trop coûteux, compliqué ou en rupture avec la tradition vous êtes certains de ne pas avoir ce qu’il faut pour faire de votre espace de travail un endroit agréable pour, et apprécié par, vos employés.

Détrompez-vous, même si le challenge paraît insurmontable c’est aussi le meilleur moyen actuel de maximiser la productivité de vos employés, et justement ce n’est pas le vote de fin d’année qui compte mais bel et bien les votants : votre force vive.

 

Dans une étude mise en évidence par la Harvard Business Review, les professeurs d’université Rob Goffee et Gareth Jones ont constaté que les cadres ont besoin d’un environnement authentique pour devenir des leaders efficaces.

Bien que les 6 caractéristiques suivantes semblent n’être qu’un condensé de bon sens, la majorité des entreprises ne les possèdent pas toutes. C’est donc un défi pour votre entreprise et ce quelque soit sa taille PME ou CAC 40 :

 

#1 Laissez vos employés être eux-même

Alors que toutes les entreprises font des efforts pour favoriser la diversité de leur employés que ce soit en terme d’âge, de sexe ou d’origine peu d’entres elles semblent vouloir favoriser ces singularités.

Pourtant LVMH a su maximiser les atouts et spécificités de chacun de ses employés sans pour autant changer ses valeurs. Ainsi les designers très créatifs travaillent en bonne intelligence avec une multitude de cadre et Business analysts sans que cela ne soit une contrainte leur objectif étant communs : que l’entreprise soit rentable.

Il en va de même avec les start-ups où tout le monde travaille ensemble et souvent dans le même espace : graphistes, développeurs, techniciens, marketing, commercial…

Peu importe la manière d’atteindre un objectif c’est le résultat final qui compte, niais, certes et pourtant il semblerait que les managers l’aient oubliés.

#2 Communiquez

Respectez vos employés assez pour leur dire ce qui se passe réellement. Il n’est pas nécessaire de cacher les mauvaises nouvelles ou d’éviter la transparence, et il n’y a certainement aucune raison de les tromper. La peur de révéler quelque chose va sans doute paralyser la circulation de l’information essentielle dans votre organisation et rendre vos employés méfiants quand à la bonne santé de votre entreprise (surtout dans le contexte actuel).

 

#3 Améliorez les compétences de vos employés

Une bonne entreprise doit être capable de rendre ses employés meilleurs que le jour où ils ont été embauchés et cela passe par la formation.

Il est facile de comprendre la réticence des entreprises à former leurs employés et cultiver leur talent si c’est pour le perdre au bénéfice d’un concurrent. Mais en réalité, le retour sur un tel investissement se mesurera en termes de productivité et donc de chiffre d’affaire quitte à perdre quelques excellente recrue dans le processus, cela vaut vraiment la peine.

 

#4 Ne vous contentez pas du rôle d’actionnaire

Ne vous contentez pas de dire que votre entreprise est bien et à quel point votre marque est géniale. Montrez aussi à vos employés d’ou vous venez et vers quoi vous tendez, présentez vos objectifs en les intégrant à une évolution.

«Il s’agit de forger les valeurs personnelles et organisationnelles. Quand vous faites cela, vous stimulez l’individualité et une culture forte en même temps “. Goffee et Jones

 

#5 Considérez le travail quotidien au même titre que le rendu final

Si vos employés n’arrivent pas à comprendre l’impact de leur tâche quotidienne sur le résultat global c’est que vos managers n’ont pas sur leur expliquer. Cette situation entraînera indubitablement des phases de doutes et même des départs pour un emploi qu’ils trouveront plus “gratifiant”.

Faites leur comprendre à quelle point leur tâche s’inclut dans le bon fonctionnement de l’entreprise, et poussez les à en faire toujours plus quitte à prendre quelques libertés avec ce qui leur ai demandé.

 

#6 Edictez des règles claires

Ils existent de nombreux process d’entreprise que personne ne comprend vraiment mais qui sont là depuis toujours et auxquelles ont doit se plier.
Or ces règles n’ont pas lieu d’être puisqu’elle ralentissent le processus d’exécution. Simplifiez votre réglement pour ne garder que l’essentiel, y compris en terme de hiérarchie.


La main-d’œuvre d’aujourd’hui est de plus en plus sceptiques quant à une stricte hiérarchie, les titres de poste fantaisiste et les promesses.. Au lieu de cela, guider vos employés avec un leadership moral, ancrée dans la transparence et l’obtention de résultats plutôt que sur l’efficacité des moyens.

26 Sep 2018

5 étapes pour un bureau eco-frendly

1 – Tout le monde participe

“Avant de changer le monde on change au bureau” – citation d’un collègue.

Que vous soyez une petite entreprise, un employé du CAC40 dans un open space d’une tour de quinze étages ou juste assis à une  place d’un co-working, vos petites actions comptent pour la planète – je pense aussi qu’elles compteront pour vos collègues/co-worker et peut-être même votre entreprise. Si c’est vous le patron ou que vous êtes libre de mettre en place des actions n’hésitez plus foncez !

Vous réussirez mieux à plusieurs, parlez-en avec vos collègues, il faut impliquer le maximum de bonne volonté pour que la démarche prenne.

Pour de premières actions jouez la décontracté, faites l’impasse sur les slides aux couleurs de l’entreprise et la nomination d’un Comité de Pilotage qui se réunit chaque mercredi midi…

Aborder la chose de façon positive et participative – chaque ambiance de bureau est unique avec ses habitudes parfois bien ancrées – pour mener le changement viser à long terme.  

Réfléchissez à ce qui est envisageable humainement, techniquement et financièrement. Un petit pas vers un bureau eco-frendly c’est déjà une avancée.  

 

2 – On coupe le courant

Vous avez accès au disjoncteur ? vous venez de régler le problème 😉 la méthode est radicale mais à ses limites si vous avez un frigo, un système de sécurité ou des serveurs.

Commencez par des petites habitudes :

On désactive les écrans de veilles avec animation 3D et les photos de votre dernier week-end entre copains… au profit d’un mode veille avec arrêt de l’écran – oui rien que ça !

Pour votre imprimante de compétition et votre rétro-projecteur dernière génération qui sont inutilisés 70% du temps sachez que même éteint ces appareils consomment toujours, certes moins mais quand même.

Évidemment vous n’allez pas vous amuser à les brancher débrancher du secteur à chaque utilisation – quoique ? – pour votre ordinateur de bureau j’imagine que vous travaillez dessus donc la question ne se pose pas – du moins la journée.

L’action la plus simple reste donc d’installer des multiprises de façon stratégique – le premier au bureau allume et le dernier à partir coupe le courant !

 

Pour les curieux ou ceux qui ne veulent pas faire les choses à moitié, équipez-vous d’un consomètre. Pour quelques euros vous pourrez constater par vous-même la consommation d’électricité de vos appareils. Et pour automatiser tout ça une multiprise minuteur.

 

3 – On optimise le papier

Alors là je vous vois venir, vous êtes déjà informé, vous portez même la bonne parole au quotidien “n’imprimez ce mail que si c’est vraiment nécessaire” – c’est très bien.

Une réunion avec le patron et le doc qui va bien, une affichette “ne pas déranger on travaille ICI” (pas comme vos collègues commerciaux avec leurs pistolets nerf…) – vous avez vraiment besoin d’imprimer en couleurs et en haute définition ? – alors on clique sur les paramètres d’impression et on s’adapte. OK là on parle plus d’économie €€ !

Revenons au papier – une feuille par ici une feuille par là, à chaque idée (une phrase, un mot, un numéro…) une nouvelle et ça termine en lancer franc vers la poubelle ! Compétition incontournable au bureau.

La première solution pour éviter le gâchis, on installe un bac à papier brouillon – on évite d’y mettre des fiches de paie (sauf si vous avez déjà instauré la transparence sur les salaires dans l’entreprise) et autres documents sensibles. La Paper Box bien en évidence, au milieu de l’open space ou dans une salle de réunion et on n’hésite pas à piocher dedans 🙂

Autre option, essayez de noter ça directement sur son ordinateur – il y a plein d’application pour ça. Inconditionnel du papier ? Pour vos petits rappels préférez les post-it – vous pourrez toujours tenter les 3 points avec. Autre option, munissez-vous d’un cahier/carnet – c’est psychologique vous aurez tendance à noircir l’intégralité des pages avant de vous en séparer …

 

Sinon pour compléter votre panoplie de geek vous devez absolument passer au Smart Writing System – vous trouverez votre bonheur avec un carnet connecté comme reMarkable passé par Kickstarter ou Moleskine Paper Tablet si vous êtes attaché à la marque.

 

4 – On consomme mieux et on recycle bien

Les fournitures de bureaux sont un gros poste de dépense et premier générateur de déchets en tous genres. Alors oui ça ne semble pas le plus important, et puis comment savoir si l’impact est réel, si vous voulez y croire vous aussi regardez en détail le catalogue de vos fournisseurs ou changez pour un autre et consommez plus responsable – google est là pour vous .

Mention spéciale liée à la conso d’énergie, passage aux ampoules LED pour une meilleure luminosité et une dépense énergétique moindre.

Côté tri sélectif retour au basique comme à la maison – un petit rappel, trois poubelles et un peu de bonne volonté 🙂

Le bac vert à couvercle jaune pour les déchets recyclables (bouteilles plastiques, papiers, cartons, emballages métalliques…).

Une poubelle pour les déchets organiques – le bac composte : café filtre et dosette, reste de votre repas, essuie-tout …

Une poubelle pour le reste (sauf le verre nous sommes d’accord).

 

L’action eco frendly qui sort du bureau – on fait la démarche pour installer un collecteur de piles par exemple. Il suffit de s’inscrire auprès d’un organisme dédié (comme par exemple Corepile)  pour mettre en place un point de collecte. Mettez-le dans le hall de l’immeuble et vous verrez que les employés des autres entreprises en auront l’utilité 🙂

Bonus social : même principe pour la collecte des fournitures de bureaux oubliés (crayons, stylos…) une fois par an, pour les donner à une association qui en fera bon usage.

 

5 – On reste positif

Ne vous attendez pas à recevoir une médaille – même s’il est fort probable que les petits badges vont fleurir sur les sites web des entreprises – après Great Place To Work > l’EcOffice Awards !

Plus sérieusement et pour aller plus loin, sachez que la réduction de l’impact écologique des entreprises avance et s’organise. Un exemple avec l’action menée par WWF Finland sur le sujet Green Office. Ou les initiatives des GAFA dans une autre mesure : les datacenters de Google, l’empreinte carbone de Facebook

Vous faites bouger les choses, pour une ambiance et une meilleure qualité de vie au bureau (la littérature à propos de la QVT c’est par ici). Pour le reste, la planète et votre karma voyez ça directement avec les intéressés. Souriez c’est déjà bien 🙂