Recrutement : de l’autre coté de la table


Recrutement : de l’autre coté de la table

S’il existe actuellement une myriade d’articles qui donne des conseils aux candidats sur la façon d’agir, répondre, être en entretien il y en a très peu sur les bonnes pratiques à appliquer lorsque vous recevez un candidat en tant que recruteur.

Cela pourrait paraître léger, après tout qui sommes-nous pour vous apprendre votre métier ? Certes mais vous-êtes vous déjà demandé quelles pouvaient être les retombées d’un entretien raté pour votre entreprise ?

 

Que pense le candidat de votre entreprise à présent ?

Quel retour fera-t-il à son entourage concernant votre entreprise ?

Et si dans l’avenir ce candidat été amené à avoir des relations commerciale avec votre entreprise cela peut-il mettre être à votre désavantages ?

Et pour les tiers, le réseau de votre candidat que retiendront-ils de son expérience ratée et donc de votre entreprise ?

 

A l’heure où la marque employeur commence à faire partie du périmètre des RH et où image et valeurs importent plus sinon autant que le salaire il est évident que l’entretien d’embauche doit lui aussi suivre un protocole bien défini.

Pour certains candidat le recruteur sera la seule personne qu’il aura l’occasion de rencontrer c’est donc lui qui véhiculera l’image de l’entreprise que ce soit de manière positive ou négative.

 

Il existe de nombreux exemples d’entretien raté ayant des conséquence, le dernier en date, Brian Acton co-fondateur de Whatsapp qui a vu sa candidature refusé par le service RH de Facebook en 2009.
Le même Brian Acton qui fondera Whatsapp et revendra sa start-up à Facebook pour 19 milliards de dollars.

 

Les erreurs de casting peuvent donc coûter extrêmement chères, alors qu’il est si simple d’établir quelques règles de base à l’usage des recruteurs afin de maîtriser l’image de l’entreprise et la sensibilité des candidats.

 

En voici quelques une qui bien que de bon sens doivent encore être rappelées :

 

1 – La courtoisie vaut pour tous

Être en retard à un entretien et ne pas prévenir vous éliminera à coup sûr du processus de recrutement, mais que dire alors lorsque le contraire arrive et que c’est au candidat d’attendre le recruteur ?
Ce cas de figure n’est pas rare, loin s’en faut, et la majorité des candidats s’entendront pour dire que les recruteurs sont rarement à l’heure.

Lorsque vous êtes en retard pour une réunion, une négociation, un RDV externe il est normal voir recommandé de prévenir, la réciproque s’applique aux entretiens d’embauche.

 

2- Ne déléguez pas

Il vaut mieux déplacer un entretien que d’envoyer votre collègue gérer celui ci à votre place. Le candidat ne se sentira pas lésé de ne pas avoir eu en face la personne avec qui il a certainement déjà echangé par téléphone et/ou email et qui lui semblait connaître son CV à l’instar de ce nouveau venu assis en face de lui son CV sous les yeux.

Votre collègue a-t-il été briefé sur les compétences recherché pour le poste, celle possédée par le candidat et l’historique de vos relations avant l’entretien ? La plupart du temps ce n’est pas le cas ce genre de décision se prenant dans l’urgence.

 

3- Restez formel

Gérer un entretien alors que le candidat précédent à été choisi pour le poste ne devrait pas être traité comme une formalité, une case à cocher sur votre To Do list de la journée. L’impression d’avoir été “expédié” pendant l’entretien donnera une très mauvaise image de vous et par la même votre entreprise au candidat ainsi traité.

 

4- Représentez les valeurs de votre entreprise

“Un client satisfait en parle à 3 autres. Un mécontent, à 11”. Ce dogme du marketing s’applique aussi aux candidats. Les postes en tension ne sont pas épargné et si vous avez été quelques peu brutal avec un poste un peu plus répandu (le marketing) n’oubliez pas que ce candidat a un réseau et que chaque réseau est différents et inclus tous types de profils.

Vous “vendez” votre entreprise aux candidats au même titre que ceux-ci vous “vendent” leur compétence.

Vous n’embaucheriez pas quelqu’un n’ayant pas soigné sa tenue, ou trop décontracté voir même familier alors que penses les véritables talents quand cette réciproque se présente à eux ?

 

Un employé reste en moyenne 18 mois en entreprise il est donc temps pour les recruteurs d’appliquer les mêmes règles que celle qu’ils attendent d’un candidat.